Jardins thématiques

Dans l’espace des « Saveurs retrouvées », vous découvrez des aromatiques, des fleurs et des légumes mais pas n’importe quel légume ! Ici poussent des légumes de variété ancienne au goût, couleur et forme parfois étonnantes ; ils sont semés ou plantés en association avec les fleurs et plantes aromatiques. Toutes les plantes de ce potager (annuelles, vivaces) ont une vocation particulière, certaines sont mellifères, d’autres éloignent les indésirables, certaines stimulent la croissance du légume. Les fleurs crues ou séchées peuvent aussi agrémenter les salades.

Changement de décor, passons au jardin d’ornement qu’est le «  Cloître des senteurs ». Dans cet espace préservé, clos en apparence, entouré d’une haie de charmilles, un ensemble d’arbustes, de fleurs et de quelques arbres délivrent chacun leur beauté personnelle : l’écorce, le feuillage, les fleurs, les couleurs et surtout les parfums exaltant des chèvrefeuilles, des jasmins, des roses.

Le Théatre des couleurs

Cette multitude de couleurs et de senteurs est aussi présente dans l’ensemble du jardin : que ce soit parmi le « Théâtre des couleurs », dans l’espace « Papillons en liberté », ou parmi les collections d’arbustes tels les viornes (viburnum) ou les lilas (syringa).

Arrêtons-nous au « Coin des poètes », un coin d’intimité en compagnie des Philadelphus Coronarius, plus communément appelés Seringats ou Jasmins des poètes et de quelques œillets de poètes (Dianthus barbatus).

Le Jardin aux mille usagesDu jardin plaisir, entrons au « jardin aux mille usages » : un espace où les plantes sauvages sont reines, chacune avec leurs usages et leurs vertus. Ces plantes sauvages, ces adventices, ont le défaut de nous contrarier, nous les jardiniers, à pousser où on ne les attend pas. Mais saviez-vous qu’elles ont encore aujourd’hui « mille vertus » : culinaires, médicinales, artisanales, tinctoriales, bio-indicatrices alors ne les appelons plus mauvaises herbes.

 

Passons aux  « Gourmandises » : quel drôle de nom vous dites-vous, peut-être des arbres à bonbons ? … laissons planer le mystère pour une découverte sur place à apprécier sans modération selon la saison.

Monet en avait fait son sujet de prédilection, dans son jardin de Giverny, où les nymphaea fleurissent à foison. Ici dans le « Jardin d’eau », ils ne sont que quelques spécimens, tellement lumineux, mais parfois cachés à l’abri des regards sous leur protecteur d’un vert resplendissant. L’exotisme qui s’en dégage est renforcé par le nelumbo nucifera émergeant du bassin voisin … le temps s’arrête un instant à cet endroit baigné de sérénité.

Espérant que ces textes ont suscité l’envie de venir au Jardin du Phénix. En attendant, un aperçu en images est visible dans la galerie photos.